lundi 4 juin 2018

Lebenstunnel 3 - Pénitence



Synopsis :


Au camp de Niederhagen où l’on déporte les traîtres à la Nation, une seule devise prévaut sur tout le reste  :
«  Une génération de forts éliminera les faibles.  Faire pénitence, c’est se sacrifier pour la science.  »
Mais Krista n’est pas d’accord. Elle ne veut pas faire pénitence. 
Elle ne veut pas se sacrifier pour la science. 
Ni maintenant. 
Ni jamais.

Chronique :


Ce 3ème tome clôt cette très belle trilogie en beauté !

Par rapport aux précédents, celui-ci se fait plus introspectif, mais la tension y est encore plus grande. Au départ, la sensation de hui-clos qui se dégage du roman rend ce dernier étouffant, car les personnages sont livrés à eux-mêmes et à leurs peurs les plus profondes.

Si le précédent m'avait laissé avec un sentiment d'effroi quant à la terrible révélation de l'intrigue, le 3ème tome laisse une porte ouverte sur diverses interrogations. Le pourquoi du comment est plus ou moins explicite, les rebondissements nombreux, mais la sensation qui m'a le plus dominé est l'effet de surprise.

Oxanna a construit son histoire avec une grande maitrise, la tension et le suspense étant au premier plan. Elle a fait preuve d'une très belle imagination mais surtout d'une pertinence qui renforce les messages qu'elle y insère.
Il est bien plus question de la liberté et du libre-arbitre. Il y est question de la survie de l'espèce humaine et de son acceptation de la différence et donc de la tolérance. 
En imaginant que l'Allemagne aurait gagné la seconde guerre mondiale, la discrimination et les massacres auraient continué de plus belle, tout cela au nom d'une race sois-disant supérieure. 
Mais tout cela fait pourtant écho à notre époque actuelle. Si elle n'a pas l'ampleur de l'histoire racontée par Oxanna, il n'empêche que le racisme, la discrimination et autres thèmes s'y rapportant sont toujours de mise.
Il est donc important, en lisant cette histoire, de ne pas oublier les choses terribles du passé et de s'en servir pour que l'humain ne réitère pas les mêmes erreurs.

Oxanna, en écrivant son récit à la 1ère personne, a fait en sorte de rendre ses personnages torturés tout en leur permettant de montrer les meilleures facettes de l'être humain. La psychologie de chacun est fouillée, et l'écriture concise et fluide donnent du corps aux personnages.

Ce 3ème tome fût à la hauteur de mes attentes, car l'effet de surprise a clairement été la plus grande force du récit. 
Malgré la cruauté de l'histoire, il serait regrettable de passer à côté de cette excellente trilogie, qui rappelle avec conviction que l'Histoire doit servir d'ancrage au futur de l'humanité, et que celle-ci n'est pas désespérée, malgré toutes les horreurs dont elle est capable, car il y aura toujours des exceptions pour combattre la cruauté et l'injustice, même au prix d'une liberté chèrement payée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire