lundi 2 avril 2018

Lucy et le royaume des morts



Synopsis :



La silhouette se rapprochait lentement. À chaque pas, son image nous apparaissait un peu plus nette. Il s’agissait d’un personnage mesurant pas loin de deux mètres, vêtu d’une cape noire dont la capuche masquait la totalité du visage. Il avait une démarche incertaine, voire chancelante, un peu comme s’il n’avait plus marché depuis des lustres et redécouvrait peu à peu d’anciens automatismes.

Soudain, la lune perça à travers le feuillage dense au-dessus de nos têtes et vint éclairer notre visiteur imprévu. Nous fîmes tous les trois un fantastique bond en arrière, trop terrifiés pour même parvenir à hurler de peur. Les rayons venaient de nous dévoiler un visage creusé, sale et entièrement dépourvu de chair.

Devant nous, se tenait un authentique squelette.


Chronique :



J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

L'ambiance, à la fois gothique et médiévale, est immersive. Les lieux et décors sont décrits avec le minimum d'informations, mais toujours avec soin, car l'auteur fait en sorte de les rendre chaleureux et d'y inclure une belle nostalgie.
Je me suis fréquemment retrouvé en enfance, à travers les différents événements parsemant l'histoire. Celle-ci est telle une ode à notre âme d'enfant, où l'on se plait à faire des blagues lors d'Halloween ou lorsque l'on s'émerveille des lieux visités, avec l'innocence et la stupéfaction qui nous caractérisent.

Si la plupart des éléments incluent n'ont rien de nouveau, l'auteur en a pourtant construit quelques-uns avec une certaine originalité. Le tout se tient dans une intrigue cohérente qui respire la jeunesse et les souvenirs. Il a aussi transposé une temporalité pour le moins amusante qui n'a pas été pour me déplaire. 

Les personnages sont pour la majorité plaisants à suivre. Contrairement à ce que j'ai pu lire auparavant, je ne trouve pas que Lucy soit mise en retrait. Au contraire, il m'est apparu judicieux que les deux autres personnages l'accompagnant aient également un rôle important à jouer, car ils n'en sont que plus complémentaires. 
Leur personnalité se révèle d'ailleurs plus inattendue qu'il n'y parait, chacun révélant plus ou moins des facettes insoupçonnées, notamment Randall, qui est l'un de mes préférés.
Aussi, l'humour des personnages est distillé avec subtilité, l'auteur n'en faisant jamais trop. Mais lorsqu'il arrive, ça fait mouche.
Par ailleurs, ce que je regrette, c'est que certains personnages, pour le moins hilarants, soient peu développés ou peu présents. J'espère de ce fait qu'ils le seront davantage dans le prochain tome.

L'histoire reste accrocheuse et l'écriture suffisamment fluide tout le long du roman. Si l'intrigue donne cette impression de légèreté, sans prise de tête, elle n'est pas dénuée d'une certaine morale, même si celle-ci n'est pas très développée. Les valeurs telles que l'amitié et le sens du sacrifice se font ressentir, de même que l'importance des souvenirs et des liens nous y rattachant, entre autres choses.

Sans être un coup de cœur, Lucy est le royaume des morts a néanmoins été une lecture très divertissante, et j'ai bon espoir que le second tome voit le jour, car l'auteur a encore des choses à raconter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire