mardi 24 décembre 2019

Les maîtres du crépuscule tome 1 : La marque de Caïn



Synopsis :


Un bal masqué, une femme en rouge, un rire cruel, une cave humide, des personnes encapuchonnées qui me déchirent le corps... C'est tout ce dont je me souviens de la nuit de ma transformation. Et depuis, j'ai parcouru beaucoup de chemin. 

Pourtant, lorsque des marginaux, vampires sauvages et incontrôlables, refont surface, toute la société vampirique est en danger, et mes souvenirs pourraient se révéler primordiaux. 

Qui sont les traîtres ? Comment m'en sortirai-je lors du très pompeux et protocolaire Concile des maîtres ? Le temps est compté, il faut faire vite avant que les marginaux et leurs créateurs ne fassent de nouveau des ravages.


Chronique :


Voilà un bon moment que je n'avais plus apprécié à ce point un roman sur les vampires. J'ai littéralement adoré, dévorant les pages à grande vitesse (c'est le cas de le dire) !

L'ambiance et les personnages m'ont permis de rentrer toute de suite dans l'histoire. J'ai été happé par cette alternance entre ancienneté et modernité, qu'il s'agisse des lieux ou du traitement des vampires. Lina, en historienne accomplie, maitrise son sujet. Les événements et explications s'enchainent avec cohérence, permettant au récit d'être rythmé, car l'auteure ne se perd pas en divagations qui compliqueraient inutilement son histoire. 
Bien sûr, les fausses pistes sont de mises, car le système instauré par les vampires oblige les complots et traitrises. En cela, le suspense est plutôt bien orchestré, même si j'ai aussi pu deviner certaines choses, qui m'apparaissaient évidentes. 

Si le récit se fait sombre, je ne dirais pas qu'il est noir pour autant, mais plutôt crépusculaire. À l'image des personnages, il se dégage une sorte d'attente, d'appréhension. J'étais moi-même acteur de tout cela, ressentant les mêmes sensations qu'eux. L'alternance des points de vue permet de mieux les comprendre, de savoir par quoi ils sont passés, et comment ils vivent leur condition de vampire.
D'ailleurs, l'amour et les sentiments sont pour ainsi dire le nerf de l'intrigue. Pas de romance fleur bleue à l'horizon, il s'agit surtout de sentiments déchirants, ressentis par des personnages à la fois brisés et plein d'espoir. 

À ce propos, ces derniers sont un des points forts du roman ! Lina, de par son écriture précise et imagée, les a très bien développés et décrits pour la majorité. Je ne m'étalerai pas sur mes préférences, mais ils ont tous une personnalité qui leur est propre, la plupart d'entre eux ayant un charisme et une verve incroyables ! De plus, chacun a une histoire plus complexe et touchante qu'on ne le croit. 
J'aurais juste aimé que certain.es soient plus mise.s en avant, car selon leur ancienneté notamment, ils/elles l'auraient mérité. 

L'histoire en elle-même n'est pas des plus novatrice (ce n'est pas un reproche), mais elle a son originalité, lui donnant de ce fait une certaine singularité. J'ai notamment adoré le système des clans et des totems, cet aspect rend selon moi l'histoire d'autant plus captivante et permet de mieux cerner la personnalité des personnages. Il y a des symboliques que j'ai trouvé très judicieuses de la part de l'auteure, ce qui prouve son travail de recherche et le cœur qu'elle a mis dans l'écriture de son livre !

Les maîtres du crépuscule est un roman qui a plus d'un tour dans son sac. L'histoire, aussi captivante qu'intriguante, n'a rien de simpliste. Les vampires apparaissent aussi séduisants que bestials, et les personnages en eux-mêmes apportent un cachet non négligeable au récit, étant aussi complexes qu'attachants. 
C'est évidemment un coup de cœur pour moi, et je tiens à dire bravo à l'auteure, car elle m'a réconcilié avec les vampires ! Que vous les aimiez ou non, c'est un roman qui en vaut grandement la peine, car l'aspect historique à lui seul permet à certains moments de replonger dans une époque pas si révolue que ça au final.        

Aucun commentaire:

Publier un commentaire