jeudi 28 novembre 2019

Double Je



Synopsis :


Ève est une jeune femme perturbée. En rupture avec sa famille, elle et son frère écument les routes en quête d'expériences paranormales. 
De retour à Denver, berceau de leur enfance et témoin du décès de leur mère dans des circonstances troublantes, ils enquêtent en binôme sur des affaires de monstres et de fantômes. 
Sans attaches, Ève surplombe un parcours chaotique et tente de remettre un peu d'ordre dans sa vie. 
Cependant, alors qu'elle mène des investigations sur une adolescente soupçonnée d'être hantée par une entité malfaisante, elle perd le contrôle de la situation et renoue avec ses peurs les plus enfouies. Ève doit combattre ses vieux démons et affronter un monstre bien plus redoutable que le croquemitaine... 


Chronique :


Aimant beaucoup tout ce qui a trait au paranormal, je me suis pas mal retrouvé à travers mon intérêt pour les lieues hantés. 
Marie a effectué un beau travail. Elle a su s'approprier sa propre expérience pour retranscrire de façon significative l'ambiance qu'elle a voulu instaurer dans son roman. 
Même si j'en souhaitais davantage à ce niveau, l'ensemble se fait suffisamment mystérieux pour captiver. J'aurais juste souhaité quelque chose d'encore plus sombre.
Ce qui m'a particulièrement plu cela dit, c'est qu'à la manière de Stephen King, elle parvient à semer le doute, à faire se demander si le paranormal est une chose réelle ou si cela fait simplement partie d'une croyance humaine. Même si j'avais senti certaines choses arriver, Marie a tout de même su manier un bon suspense à des moments clés.

L'intrigue proprement dite est intéressante. Marie ne s'est pas contentée d'une simple histoire de fantôme ou maison hantée. À travers ses personnages, elle a construit une histoire plus recherchée qu'il n'y parait. 
Ève est d'ailleurs difficile à cerner. On l'aime ou on la déteste. Au début, elle m'est apparue assez antipathique, bien qu'ayant certaines réflexions sensées quant à ses enquêtes paranormales. Mais au fur et à mesure, quand son vécu se dévoile, je l'ai davantage prise en sympathie. 
Son traitement accentue le côté psychologique de l'histoire, ce que j'ai beaucoup apprécié, car cela ne rend pas l'intrigue trop facile. Malgré tout, j'aurais aimé que Marie s'attarde davantage sur un pan de son histoire, il a manqué quelque chose d'un certain côté.
Dans l'ensemble, la majorité des personnages ont un certain intérêt, notamment Ezio pour ma part, plus complexe qu'on ne le croit. À défaut de m'attacher vraiment à eux, je les ai trouvés intriguants et la plupart de leurs interactions sont bien amenées. 

L'écriture de Marie est simple et efficace (malgré des petites maladresses de la maison d'édition). Elle n'y va pas par quatre chemins pour définir les lieux et personnages, se concentrant sur les choses importantes de l'intrigue, apportant de ce fait du rythme à celle-ci. 

Pour finir, je dirais que cette histoire renoue avec nos peurs d'enfance. Cette époque où nous craignons que les monstres se dissimulent sous le lit ou dans le placard, et où nous allumions la lumière pour nous rassurer. J'ai aimé retrouver cette sensation à travers l'histoire de Marie. 
C'est pourquoi je trouve que, malgré un folklore connu, l'intérêt de ce roman est de nous faire revivre ces moments qui parsemaient nos nuits, ainsi que de nous faire douter de notre santé mentale, pour ainsi dire.
Félicitations à Marie pour ce premier roman, qui est une réussite. Je suis maintenant curieux de voir ce qu'elle va proposer pour sa prochaine histoire. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire