mardi 18 juillet 2017

Les ombres s'amusent



Synopsis :


Seriez-vous prêt à suivre la voix qui s’élève du deuxième sous-sol ?
Louie avait un beau destin tout tracé.
Mais, c’était sans compter sur ce camion roulant si vite… un dimanche sur l’autoroute A411 !
Sur sa Harley, il pensait être invincible, mais il n’était qu’invisible…
Entre ses séances de rééducation et ses rendez-vous avec la psychologue, il explore les sous-sols de l’institut et y découvre une porte bleue.
Que se passe-t-il lorsque la porte se referme sur lui ?
Laissez-vous emporter par cette nouvelle originale et endiablée.


Chronique :


J'ai trouvé cette nouvelle vraiment sympa. Sylvie y instaure un bon suspense et une ambiance oppressante, qui donne sans cesse envie de continuer pour savoir ce qu'il va se passer. 
Malgré quelques coquilles non-négligeables, Sylvie écrit d'une manière suffisamment limpide pour captiver, ce qui ne m'a pas freiné.

Les quelques personnages (qui peuvent se compter sur les doigts d'une main) se révèlent à la fois touchants et intrigants. J'ai ressenti de la peine pour le sort de Louie, qui malheureusement s'est retrouvé face à son funeste destin, un accident qui lui a coûté cher. J'ai apprécié le fait qu'il ne s'apitoie pas sur son sort, bien qu'il éprouve tout de même des remords et souhaiterait évidemment qu'un miracle se produise. 
Étant écrite à la 1ère personne, l'intrigue se concentre sur son quotidien, Sylvie évoquant le handicap avec subtilité. Le fait qu'elle ne fasse pas dans le larmoyant est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié.
Le personnage de Violette, à défaut de m'avoir touché, m'a surtout intrigué. J'ai eu, tout le long de l'histoire, du mal à la cerner. Je me suis souvent dit qu'elle doit cacher quelque chose, malgré sa bienveillance.

Les qualités de cette nouvelle sont clairement le rythme et l'ambiance froide qui y est distillée. Étant très rapide à lire, je tournais les pages avec avidité, car l'élément clé de cette histoire est bien le mystère. Sylvie démontre que la frontière entre la réalité et la folie (et parallèlement le rêve) peut être bien mince. Cette pièce est-elle une illusion ? Reflète-t-elle les souhaits des personnages ? Des questions qui trouveront un semblant de réponse dans une fin sombre et inéluctable.

Étant sous forme de hui-clos, j'aurais aimé davantage de développement concernant les quelques personnages. Mais vu son petit nombre de pages, cette nouvelle est forcément elliptique. En contrepartie, cela fait travailler l'imagination et la réflexion.

À travers cette nouvelle originale et rythmée, Sylvie a voulu montrer, je pense, l'attirance imperceptible de l'humain pour l'inexplicable. De ce fait, la curiosité n'est pas toujours bonne si celle-ci est poussée trop loin. 

Une nouvelle agréable à lire, dont l'effet de surprise demeure un des éléments les plus forts de l'intrigue.

2 commentaires:

  1. Coucou Florent, enfin tu l'as lu :) je te remercie de cette chronique fort intéressante. Beaucoup de personnes m’ont dit que cela les avaient fait réfléchir, ce n'était pas le but original, mais maintenant je me rends compte qu'effectivement, c'est une bonne chose. Concernant les coquilles, je t'invite à m'en faire part, sachant que cette nouvelle a été revue récemment et sera corrigée pour la sortie du livre en septembre :) mais je suis preneuse car nous restons des humains qui faisons hélas toujours des fautes :) Merci en tout cas !! Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Sylvie. Comme je te l'ai dit auparavant, je ferai la liste des petites fautes que j'ai vues. En effet, faire des fautes est humain, mais c'est justement pour ça qu'il est toujours bon de les signaler.
      Merci en tout cas pour ton commentaire Sylvie :)

      Supprimer