samedi 7 janvier 2017

Consummatum Est



Synopsis :


Consummatum Est ou « Tout est défini pour toujours ».
Derrière cette citation se cache une réalité. Un généticien, à qui tout réussit, voit ses certitudes bouleversées en un instant. Trahi, puis pourchassé, il devra comprendre avec ses compagnons d’infortune l’immense sort réservé à l’Humanité, responsable de la 6e extinction de masse.
 
À travers les âges, et des lieux de la géographie sacrée comme l’Égypte antique, les temples incas et le berceau africain, ils s’embarqueront pour une épopée scientificoésotérique où la logique n’est plus celle des Hommes, mais celle des Annunakis.
 
Depuis des millénaires, l’Évolution de notre espèce est un mystère, voire une aberration. Seriez-vous prêt à accepter une nouvelle théorie du chaînon manquant ? À bousculer vos concepts sur la Nature elle-même ?


Chronique : 


Voilà un livre qui m’a chamboulé du début à la fin. Je m’attendais à ce qu’il soit riche au niveau de son contenu, mais pas à ce point là ! Il ne fait aucun doute que les recherches de l’auteur ont été énormes, tellement ce roman regorge d’informations et de faits historiques divers, et plus encore.


Au début, le roman a des attraits très scientifiques et écologiques, nous transportant dans un futur totalement soumis aux nouvelles technologies, ce qui est on ne peut plus actuel. Une critique importante et réaliste est rapidement faite à ce niveau, où les gens ne peuvent vivre sans ces instruments qui les lobotomisent. Dans cette première partie déjà très intéressante (aux allures d’espionnage également), je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir de la tristesse de par les faits établis, où les hautes sphères du système ne jurent que par l’avancée scientifique, au détriment du bien-être et de la santé du peuple.


Les parties suivantes, encore plus addictives, m’ont totalement fasciné. L’auteur a été très loin dans son scénario, transportant le lecteur en des temps extrêmement anciens, remontant d’une façon pertinente à l’origine de l’Histoire et des anciennes civilisations. Ces parties, très tournées vers l’historique, ont également des allures mythologiques, le tout se mélangeant très bien. Ce qui est expliqué au fil du récit est proprement hallucinant ! En remontant aux origines de l’Histoire, l’auteur m’a fait constater (bien que cette pensée m’ait déjà traversé l’esprit) à quel point les anciennes civilisations étaient bien plus évoluées que nous le sommes actuellement. Ce qui est dit est extrêmement instructif et pertinent, car comme l’auteur, je ne doute pas que nous ayons en effet perdu, au fil des siècles, un savoir ancestral, notre esprit s’étant étriqué à cause du fonctionnement et des prérogatives du système. Tout ce qui parsème le roman pourrait (ou l’est même) être vrai. Si tout ce que nous avons appris au fil du temps sur l’Histoire, l’Univers, était un mensonge ? Si en fin de compte nous sommes vraiment manipulés par des forces invisibles qui nous dépassent ? Mais tout ça n’est qu’une partie des nombreuses choses qui ornent ce roman absolument édifiant.


Mais aussi passionnant soit-il, ce livre a tout de même quelques failles à mon goût. Ma principale réserve concerne les personnages. S’ils ne sont pas mauvais, certains ne sont pas assez approfondis et manquent peut-être de charisme. J’ai notamment eu du mal à m’attacher à eux au début. Je peinais un peu à visualiser les lieux ou situations décrites, mais surtout, les interactions entre les personnages m’ont parfois fait tiquer. Certains me donnaient l’impression dans certaines situations de ne pas avoir les réactions appropriées, les dialogues notamment manquaient parfois de construction. Pourtant, au fil de l’histoire, ils mûrissent, leurs pensées et interrogations sont de mieux en mieux décrites au fur et à mesure de ce qu’ils vivent et apprennent (les dialogues s’en ressentent également), mais il m’a manqué quelque chose. En fait, malgré les situations terribles qu’ils vivent, il y a des moments où je ne ressentais pas d’émotions en particulier, où j’étais davantage spectateur. D’ailleurs, il y a deux, trois événements qui arrivent assez soudainement à mon sens, ne me donnant pas le temps de m’approprier deux personnages en particulier, et j’ai trouvé cela dommage. Cela dit, vers la fin de l’histoire, les choses se sont mieux passées. Je parvenais à me mettre un tant soit peu à la place des personnages, à vraiment ressentir ce qu’ils ressentaient. Mais je pense qu’un équilibre n’a pas pu être trouvé. Entre les informations à assimiler, la richesse de l’intrigue et les interactions entre les personnages, un élément a pris le pas sur l’autre. Parfois il m’arrivait justement de me perdre quelque peu, cogitant entre la compréhension des événements et mes hypothèses quant aux informations distillées. Mais je conçois de ce fait que tout n’a pas pu être développé à sa juste mesure, l’intrigue en elle-même étant déjà tellement riche.


J’ai cependant énormément apprécié qu’avec toute cette amplitude historique, ce mélange entre science, mythologie et ésotérisme, l’auteur n’ait pas pris parti quant aux thèmes qu’il aborde. Même si à travers ses personnages il a ses suppositions, à aucun moment il n’affirme avoir la science infuse. Il n’écrit pas comme s’il rédige un cours d’histoire, arrivant à rester cohérent avec la construction de son intrigue (un immense puzzle pourtant), même s’il m’arrivait d’être sceptique pour certaines choses. J’imagine que certains pourraient être rebutés quant à la richesse de l’histoire et aux nombreuses informations disséminées, mais dans mon cas, cela m’a tellement passionné et fait m’interroger qu’à aucun moment je ne me suis ennuyé.


Pour finir, je vais m’étendre quelque peu sur ce que m’inspire le roman et ce que l’auteur a voulu dire à mon sens. Ce livre oscille clairement entre réalité et surnaturel. S’il peut paraitre fataliste dans sa critique (certaines choses font peur), il sonne plutôt pour moi comme une mise en garde, nous disant « si vous ne faites rien et vous ne vous posez pas les bonnes questions, voici ce que pourrait être notre futur, parmi d’autres ». L’auteur nous incite notamment à la réflexion, tant sur le passé que sur notre époque, et nous pousse également à agir quant à notre monde. L’humain est-il vraiment le fléau de cette terre ? Sommes-nous si évolués que nous le prétendons ? Ce sont quelques-unes des nombreuses questions posées. Aussi, je pense que l’auteur prône l’ouverture d’esprit quant au surnaturel, et pas seulement. Par les choses qui nous sont enseignées, et dont certains affirment le caractère catégorique, il est clairement explicité à travers le roman qu’il faut avoir cette faculté de penser et d’apprendre par nous-mêmes, de ne pas dépendre de ceux qui nous enseignent les choses (notamment au niveau des études), auquel cas nous ne serions que des moutons. C’est en cela que les nouvelles technologies, entre autres choses, peuvent s’avérer néfastes, l’humain allant comme toujours beaucoup trop loin dans tout ce qu’il entreprend, étant persuadé de contrôler tout et tout le monde, alors que ce n’est pas le cas. 


Malgré certaines réserves émises, cette histoire a été un coup de cœur. L’auteur m’a notamment impressionné par son travail de recherche, qui mérite des éloges. Ce roman est une épopée sur la Vie elle-même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire