mercredi 8 juin 2016

Hiver Noir



Synopsis :

Voilà longtemps que Mélisande rêvait de découvrir les vastes paysages glacés d’Islande. Accompagnée de Liv, sa meilleure amie, l’étudiante espère que ce voyage lui permettra de panser les blessures laissées par ses récents échecs.

Mais le destin ne semble pas vouloir lui accorder de répit. Dehors, la terre tremble tandis que des cendres noires viennent couvrir la lande. Le caractère de Liv change brusquement, sans raison apparente, et Mélisande s’inquiète. Qui est cette jeune femme qu’elle seule semble voir ? Peuvent-elles vraiment faire confiance à Ármann, ce jeune homme qui leur offre l’hospitalité ?

Troublée, déboussolée, Mélisande cherche un bref soulagement dans les antidépresseurs. Elle ne sait plus ce qu’elle doit faire ni ce qu’elle doit croire. Car comment savoir où s’arrête la réalité et où commence la folie ?

Chronique :

J'ai très vite été emporté par l'histoire, mystérieuse du début à la fin. De plus, comme celle-ci se déroule en Islande, ça ne pouvait que me plaire. Céline décrit très bien les paysages islandais, montrant sa fascination pour ces derniers et pour le pays en lui-même. Je peux maintenant aussi constater que Céline a un don pour faire ressentir, avec une réalité saisissante, les ambiances qu'elle installe, faisant des paysages et des éléments des personnages à part entière.

J'ai particulièrement apprécié le suspense, qui est bien maitrisé de bout en bout. Souvent je me suis mis à douter concernant les intentions des personnages, et leurs changements de comportement n'ont pas manqué de me rendre suspicieux. 
J'ai aussi aimé le mystère entourant les personnages. Mélisande m'a rapidement touché, aimant le fait qu'elle soit différente, par sa discrétion et sa capacité à ressentir les choses, bien qu'elle ait une piètre opinion d'elle-même. Quant à Liv, c'est un personnage qui m'a intrigué dès le départ. Certains traits de sa personnalité se comprennent, mais certains de ses agissements sont pour le moins suspects.

Si je devais émettre une réserve, ce serait par rapport au fait que certaines choses auraient mérité d'être plus approfondies, que ce soit dans le déroulement des événements ou les relations entre les personnages. Cela dit, l'accent est vraiment mis sur la psychologie de ces derniers, et le côté fantastique est très immersif, ce qui rend l'histoire intimiste et contemplative.

Je terminerais par le dernier point qui m'a émerveillé et auquel je faisais allusion : l'ambiance. Celle-ci est très sombre et même angoissante. En lisant la description des paysages, j'avais l'impression de me trouver en Islande, et l'écriture de Céline y a grandement contribué. Les éléments fantastiques sont de ce fait saisissants de par leur clarté, se faisant tour à tour menaçants et fascinants. 

Hiver Noir a un côté constamment menaçant, où règne un parfum de mort. Il y a quelques leçons à tirer de cette histoire, où la frontière entre la réalité et la folie peut être mince. 
Bien que très court, c'est un livre fantastiquement sombre que je ne suis pas prêt d'oublier.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire