mardi 28 juin 2016

Apostasie



Synopsis :

Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.

Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.

Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l’invite dans son donjon pour lui conter l’ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ? 

Chronique : 

Apostasie est un roman assez hors-normes par certains aspects. Il se dégage de ce livre une atmosphère particulière, oscillant entre le merveilleux et le macabre, le tout raconté tel un conte. J'irais même jusqu'à dire que j'ai parfois eu l'impression que le narrateur rédigeait ses mémoires.

Au début, l'histoire m'est apparue un peu étrange de par l'univers abordé, mais en même temps intrigante. J'ai tout de suite aimé le vécu du personnage principal, le trouvant touchant. L'ambiance fût rapidement envoûtante, de par les paysages contemplés, à la fois beaux, ténébreux et inquiétants. J'ai d'ailleurs aimé la proximité d'Anthelme avec la nature, respectant et vénérant celle-ci, ainsi que son amour des livres.

Si l'histoire est très intéressante globalement, j'ai pourtant eu un peu de mal à rentrer dans celle-ci à certains moments. Peut-être parce que quelques passages m'ont donné l'impression de se perdre un peu en longueurs, même si j'ai compris par la suite qu'ils étaient nécessaires. Ensuite, quelques détails m'ont un peu chiffonnés, notamment au début de l'histoire, car je pensais que certains événements auraient mérités d'être plus développés de par l'interaction entre les personnages. Pour ces derniers, et malheureusement je ne saurais dire pourquoi, je ne suis pas parvenu à m'attacher véritablement à la plupart d'entre eux (hormis Anthelme, Elaine et Apostasie par la suite). Tous sont pourtant suffisamment recherchés, développés et surtout complexes, mais il m'a manqué quelque chose. Cela dit, j'ai aimé qu'ils soient tous nuancés, certains se révélant plus noirs (et détestables une fois les motivations comprises) qu'il n'y paraissait, et inversement. Mais ils m'ont surtout donné l'impression d'être des âmes errantes, à la recherche de leur bonheur, d'un but leur permettant de se trouver.

Si la narration peut entrainer, à mon sens, certaines longueurs, elle fait aussi la force du roman. L'histoire est très bien racontée, ne pouvant laisser indifférente. Elle jongle entre le rêve et la réalité, et parfois je me laissais aller à quelques hypothèses, m'y perdant moi-même. Elle est aussi magnifiée par la très belle plume de Vincent Tassy. Cette dernière est à la fois poétique, lyrique et onirique. Il y a une sorte de cohérence dans son écriture, faisant en sorte que celle-ci soit très imagée et aussi subjective, laissant une grande place à l'imagination.

Vincent Tassy a construit son intrigue telle un puzzle, tout s’imbrique au fur et à mesure. Certains passages m'ont touché, d'autres horrifié, toujours avec cette sensation d'essayer de comprendre le pourquoi du comment. 

J'ai trouvé la fin à la fois belle et bouleversante, les personnages ayant fait ce qu'ils devaient faire. 

Même si ça n'a pas été un coup de cœur, malgré toutes les qualités évidentes du livre, il n'empêche qu'Apostasie est un roman que j'ai beaucoup apprécié. Il fait la part belle à la dangereuse beauté de la nature, ainsi qu'aux ambiances et architectures gothiques que j'aime énormément. Il laisse aussi place au rêveur qui sommeille en chacun de nous, et la forme comme le fond lui donnent quelque chose de singulier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire