dimanche 29 mai 2016

À l'encre de tes veines



Synopsis :

A l’image du diable, les vampires sont multiformes et savent dissimuler leur cruauté sous divers masques. Ils peuvent être aristocrates, peintres ou simple rêveurs. Elles peuvent être actrices, comtesses ou filles de joie. Ils arpentent le passé, le présent et l’avenir. Ils se jouent des frontières, de l’Irlande au Japon, de Venise au grand Nord. Ils s’immiscent dans vos rêves de féerie, dans vos cauchemars futuristes. Et s’ils font pleuvoir bien des larmes, ils sauront peut-être vous voler un sourire.
Mais avant de pénétrer dans leur monde, il vous faudra faire une offrande car ce livre s’écrit à l’encre de vos veines.

En vingt nouvelles et cinq poèmes, A l’encre de tes veines voyage au gré des styles, du romantisme noir – première passion de l’auteur – à la fantasy et de la science-fiction à la parodie.

Chronique :

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire le premier recueil de nouvelles de Céline. J'ai vraiment apprécié ce mélange de nouvelles et de poèmes vampiriques, toutes dans un style différent.

Céline a remis au goût du jour le thème des vampires, redorant le blason de ces derniers. Ils sont à la fois matures, sombrement romantiques et fragiles. Céline se permet même d'employer la parodie (et l'hommage en même temps) à travers une nouvelle qui m'a beaucoup plu.
Évidemment, certaines nouvelles m'ont plus emporté que d'autres, même si globalement je les ai toutes aimées. J'ai simplement regretté que certaines soient trop rapides dans leur fin, la chute m'apparaissant comme un peu trop abrupte. Néanmoins, il y a une leçon à tirer de chacune d'elles.

L'ensemble est original. Céline ose toucher à tous les styles, et elle le fait très bien. Son écriture est très maitrisée (j'avais déjà pu le remarquer dans le superbe Diabolus in Musica), elle ne commet aucune fausse note. Elle est tout de suite parvenue à m'emporter dans son univers, me faisant ressentir les différentes ambiances (très mystérieuses au demeurant) avec clarté. 
Je ne vais pas décrire toutes les nouvelles, mais si je dois citer celle qui m'a le plus touché, c'est La main de dieu. Ce que j'ai particulièrement aimé à travers cette nouvelle, c'est la critique acerbe mais juste envers la société, et l’ambiguïté de la religion. Elle démontre que nous sommes tous doubles par nature, que personne ne peut échapper à cela. C'est une nouvelle qui donne à réfléchir sur notre condition et nos croyances, à faire face à la réalité (comme pour L'Autre Monde). 

L'univers de Céline me touche énormément. Si la mélancolie est toujours de mise, ce n'est que pour mieux être sublimée. À travers ses écrits, les sentiments sont toujours mis en avant, aussi contradictoires soient-ils. De plus, j'aime le fait qu'elle partage, même parfois d'une façon sous-jacente, son amour irréversible pour la musique. Au final, c'est cette dernière qui permet de mieux traduire ce qu'elle veut faire comprendre et ressentir à travers ses mots, car avec la musique, tout est amplifié.

Je suis ravi de connaitre une auteure comme elle, dont l'univers est singulier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire