lundi 6 janvier 2014

Megalodon



Synopsis :

Après 70 millions d'années, le Megalodon revient...

À la fin de la période du Crétacé, dans un endroit isolé du Pacifique, vit le prédateur le plus gros et le plus féroce de l'histoire du règne animal : le Carcharodon Megalodon. Dix-huit mètres, vingt tonnes, il est l'ancêtre des Grands Requins Blancs.
8 novembre 1997, Californie, le professeur Jonas Taylor, paléontologue et ancien pilote de submersible pour la Navy donne une conférence sur le Megalodon. Depuis des années, il essaie en vain d'oublier sa dernière plongée. Mais il ne peut effacer de sa mémoire ce qu'il a cru voir, ce qui a causé la mort de deux hommes, ce qui a définitivement ruiné sa carrière : la tête du monstre, triangulaire, horrifiante, et son étrange éclat luminescent.
A présent, Jonas doit replonger. Les abysses vont lui réserver la plus effrayante des surprises. Ce qu'il va trouver fera taire les sceptiques, mais ce qu'il rapportera pourrait hanter les mers jusqu'à la fin des temps. Une lutte sans merci s'engage...


Chronique :

Ce roman fût un véritable coup de coeur ! Jamais je n'aurais cru aimé autant. Les animaux marins (et particulièrement celui-ci) me fascinent depuis toujours. C'est donc avec un immense enthousiasme que je me suis lancé.

Dès le début, le ton est donné. On se retrouve à la période du Crétacé, à peu près entre - 137 à - 65 millions d'années avant notre ère. Steve Alten démarre son intro d'une façon effrayante. Et on sent que la suite sera tout aussi palpitante et mystérieuse.

Nous suivons le personnage de Jonas Taylor (ancien pilote de submersible pour la Navy), devenu paléontologue depuis un événement cauchemardesque l'ayant profondément marqué. Dès lors, il n'aura de cesse d'être tourmenté par ce qu'il a cru voir lors de sa dernière plongée. Tout en menant ses conférences, il ne pourra pourtant pas s'empêcher de penser que le cauchemar reprend, et il sera par la suite bien obligé de replonger dans les abysses. 

Tout du long, l'intrigue garde un côté haletant, tout en se parant de mystère et d'un nombre conséquent d'interrogations. On suit les actions des personnages pas à pas, qui eux-mêmes sont fascinés (pour différentes raisons) par ce requin préhistorique gigantesque. Ces derniers sont pour la plupart bien construits (bien que certains n'évitent pas les clichés, mais ce n'est pas très important), attachants et très humains. Jonas est un personnage qui porte tout sur ses épaules, étant le seul témoin du drame auquel il a participé. Le personnage de Maggie, qui est une femme vive d'esprit avec un caractère de battante, va se révéler vitale dans l'opération de Jonas pour retrouver le Megalodon.

Si à la lecture de cette chronique, certains pourraient se dire qu'ils auront affaire aux fameux clichés hollywoodiens lorsqu'il s'agit de traiter des monstres, je peux vous assurer qu'il n'en est rien ! C'est là que je trouve Steve Alten très fort, car il est parvenu à les éviter (bien qu'on sente une référence cinématographique), tout en agissant comme un conteur d'histoire. Il en connait beaucoup sur la paléontologie, la géobiologie marine et le monde militaire, donnant à l'ensemble du roman une crédibilité non-négligeable. De plus, il confère au récit une profondeur psychologique appréciable. Mais le plus prenant, ce sont ces moments glaçants, au cours desquels le lecteur est happé dans une course infernale, transposée dans un style très visuel, donnant vraiment l'impression de voir un film. Et à l'instar de Spielberg, le Megalodon n'apparait qu'assez tardivement. Mais, en faisant cela, il a imbriqué un suspense et une angoisse solides pour mieux nous captiver. Et (en tout cas pour moi), ça a très bien marché. Les attaques du requin sont très bien orchestrées, et sachant à quel point le requin est ma plus grande peur, je ne pouvais m'empêcher d'être pris d'effroi. Jusqu'au final spectaculaire et ô combien mémorable, dont je ne dirais rien de plus^^

Ce roman, je l'ai dévoré en une journée non-stop, tellement j'étais plongé dedans ! Quelques années après l'avoir lu, il reste mon roman préféré à ce jour. Si vous n'avez pas peur de plonger dans les profondeurs abysalles de la fosse des mariannes (qui soit dit en passant est la fosse la plus profonde du monde : 11 km) en compagnie de ce requin surpuissant et gigantesque, n'hésitez pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire