lundi 6 janvier 2014

La force humaine



Synopsis :

Et si la survie du monde depuis sa création ne dépendait que d’un pacte. Un pacte ancestral conclut entre Dieu et le Diable. Si au terme de cet accord, le monde était livré à la cruauté pure et aux démons de l’Enfer.

Que deviendraient Dieu et les Anges ? Mais surtout, que deviendraient les Hommes ?

Dans cet univers post-apocalypse, un groupe de survivants se battent pour la survie de l’Humanité, pour l’espoir.

Un combat déchirant pour l’Amour.


Chronique :

Pour mon entrée dans l'univers de Westley Diguet, je dois dire que je ne suis pas déçu.

Westley est parvenu à rendre son roman très addictif, grâce notamment à une écriture soignée et très incisive. C'est imagé et précis. Il y a un beau travail de documentation également, et rien n'est laissé au hasard. J'avoue qu'au début, j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. Le fait que les chapitres soient courts et que l'intrigue fait se succéder les différents naratteurs, c'était un peu difficile. Mais vers le milieu, ils sont plus aboutis. J'ai mieux cerner leur psychologie, leurs émotions...


Finalement, ce qui m'a le plus plu, ce sont les interrogations et les réflexions profondément humaines du roman, en adéquation avec l'état actuel des choses. Les sentiments sont extrêmements présents, ainsi que les facettes de la nature humaine. Westley prouve que tant que l'amour, la foi et l'espoir sont là, alors rien n'est perdu. Même s'ils sont infimes, il faut y croire jusqu'au bout. Il est vrai
que les thèmes abordés sont pour le moins ambigus voire contradictoires, mais les faits sont là. Je pense que c'est ce que l'humain lui-même en fait qui peut être grave. En confrontant l'humain à l'apocalypse, Westley a mis ce dernier face à sa nature, et à tout le reste. Si l'apocalypse arrivait réellement, que ferions-nous ? Je crois qu'au final, aux vues des réflexions et interrogations posées, la réponse se trouve en nous. Si nous croyons les uns en les autres, alors tout est possible. Mais il faut justement y croire, et le vouloir de toutes ces forces, d'où le titre.

J'ai pour finir beaucoup apprécié que Westley ait pris la peine d'inclure une note, pourquoi il a écrit le roman. En la lisant, tout devient plus compréhensible (forcément), et fait prendre conscience au lecteur qu'il faut éviter les préjugés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire